Les écologistes aussi font leur rentrée !

C’est le plan de relance qui a occupé la scène de l’actualité politique cette semaine. Les grandes promesses d’une économie tournée vers la transition écologique se sont un peu perdues : le gouvernement continue à soutenir les énergies fossiles, via le soutien des industries aéronautiques et automobiles, et peine à prendre le tournant vert nécessaire à notre environnement et à notre bien-être. C’est Julien Bayou, notre co-secrétaire national, qui résume au mieux cette situation bancale : «On avait promis un plan intégralement vert, au final c’est un plan de relance à l’ancienne qui comprend un volet écolo», a dénoncé le patron des Verts. «On ne peut se réjouir de cet investissement ponctuel alors qu’il faudrait le même montant à chacune des 10 prochaines années, c’est nettement insuffisant», a-t-il regretté dans le Figaro. 

Dans le même élan, l’industrie betteravière se voit donner l’autorisation d’utiliser à nouveau les pesticides enrobés pour sa culture. Les néonicotinoïdes sont pourtant e véritables assassins pour la diversité des insectes et notre écosystème. «Les néonicotinoïdes sont les insecticides les plus puissants jamais inventés par les humains, rappelle Delphine Batho. Ils sont 7.297 fois plus toxiques que le DDT, interdit en France depuis presque 50 ans et sont très persistants dans l’environnement. Surtout, ils transforment les plantes qu’ils sont censés ‘protéger’ en poison pour tous les insectes. » Ils avaient été interdit en 2016, après une longue bataille. Ce changement est un véritable recul sur la protection du vivant. Nous pouvons nous mobiliser en interpellant le gouvernement, nous vous indiquons la marche à suivre ci-dessous.

Pour contrer la morosité ambiante, on peut faire confiance aux écologistes ! Les militant.e.s se sont mobilisé.e.s pour la rentrée des classes, demandant la mise en place de rues calmes  et piétonnes aux abords des établissements. A Paris, les abords de 57 écoles ont été piétonnisés. Au total, 80 le seront à la fin du mois de septembre. Pour certaines, l’accès aux voitures est totalement supprimé ou leur vitesse est abaissée à 20 km/h pour constituer des  zones apaisées. Ces aménagements permettent d’abaisser radicalement le taux de pollution des salles de cours, et des espaces extérieurs des scolaires. Nous continuons à exiger des masques gratuits pour toutes et tous, pour les enfants et les familles, afin que la lutte contre le COVID-19  et la sécurité sanitaire puissent être accessibles à toutes et tous. Nos élu.e.s prennent leurs marques dans leurs nouvelles fonctions, alors que pour la circonscription d’Alfortville-Vitry, nous nous préparons à un scruton législatif partiel. C’est Sandra Regol qui portera les couleurs de l’écologie politique, retrouvez son portrait un peu plus bas.

Notre démocratie interne est également bien vivante ! Ensemble, nous préparons les prochaines échéances : assemblée générale de vos groupes locaux, puis congrès régional. Nous prenons bien évidemment en compte les conditions sanitaires particulières dans ce moment de rassemblements militants : veillez à respecter les consignes et les gestes barrières, et si votre local ne le permet pas, pensez aux solutions de réunions virtuelles. Si vous avez besoin d’aide, contactez le secrétariat régional qui pourra vous orienter vers des solutions faciles.

Nous vous souhaitons à toutes et tous une belle rentrée, et nous nous réjouissons de vous voir adhérer de plus en plus nombreuses et nombreux au grand projet de l’écologie dans notre région.

A très bientôt,

Sophie Nicklaus
co-secrétaire régionale Île-de-France

Publié dans Région IdF | Laisser un commentaire

L’écologie politique est féministe !

L’édito du secrétariat régional

Europe Ecologie Les Verts est un mouvement résolument féministe. Nos électrices et nos électeurs l’ont bien compris en votant  aux élections municipales de 2020. Vous avez contribué à élire des militantes chevronnées, tant sur le plan de l’écologie environnementale que sur le plan de l’écologie sociale et solidaire. Portées par l’exemple de notre sénatrice Esther Benbassa, de la députée européenne Karima Delli, les femmes qui entrent cette année dans nos conseils municipaux ne sont pas là pour faire de la figuration, mais bien pour porter nos couleurs haut et fort. Preuve en est la tribune « Gérald Darmanin doit quitter le ministère de l’Intérieur » signée par nos représentantes : Annie Lahmer, conseillère régionale Île-de-France, Raphaëlle Rémy-Leleu, conseillère de Paris, Eva Sas, porte-parole et Hélène Hardy, ces dernières toutes deux membres de notre bureau exécutif national.

A Paris, les écologistes font une entrée très suivie dans leurs nouvelles fonctions : après leur participation jeudi 23 juillet à un rassemblement avec les associations féministes pour protester contre l’impunité, la complaisance et la nomination de Christophe Girard au poste de maire adjoint voici ce qu’en disait Raphaëlle Rémy-Leleu

« Il ne suffit pas d’avoir un casier judiciaire vierge pour être adjoint à la Mairie de Paris, il faut aussi des qualités éthiques et morales, le soutien à G. Matzneff disqualifie C. Girard pour ce genre de responsabilités ».

Alice Coffin s’écriera « La honte », rappelant l’interjection d’Adèle Haenel devant la victoire du réalisateur Roman Polanski aux Césars de 2020, alors que le préfet Lallement fait applaudir C. Girard dans l’hémicycle : il n’est plus adjoint à la Culture, il reste Conseiller de Paris après 18 ans de mandat, pourquoi l’applaudir ? Une partie du monde politique s’est ému de la supposée violence de nos élues, nous continuerons à les soutenir, faire appliquer la loi et à expliquer que la violence n’est pas du côté de celles qui dénoncent mais est entretenue par l’entre-soi de gens qui se sentent supérieurs ou par la complaisance envers des pédocriminels avérés.

Elles n’hésitent pas non plus à dénoncer sur les réseaux sociaux le harcèlement dont elles sont la cible pour avoir appelé au soutien d’Assa Traoré et des familles des victimes de violences policières ou des victimes de discrimination telles les populations ouighoures en Chine ou les jeunes mineurs réfugiés à Paris 11. Nous leur affirmons notre soutien et serons à leurs côtés dans les démarches juridiques qu’elles voudront entreprendre pour se défendre : peu importe qu’on ne soit pas d’accord politiquement, les attaques personnelles sexistes, lesbophobes ou islamophobes sont inacceptables.

Partout dans les villes d’Île-de-France où notre couleur est représentée, le féminisme donne le ton de ce nouveau mandat. A Malakoff, la ville crée le poste de déléguée à la ville et au genre pour Julie Muret, élue sur la liste écologiste ; Léa Balage El Mariky est adjointe à la maire du 18e arrondissement en charge de la vie associative, à l’alimentation durable et aux repas scolaires. Avec Catherine Candelier à Sèvres, Nadia Azoug à Pantin, Hélène Peccolo à Arcueil et bien d’autres dans tout le territoire, il n’y a aucun doute : les femmes et le féminisme sont au coeur des politiques politiques que nous portons ensemble. Suivez leur actualité sur les réseaux sociaux !
Des moments de partage et de formation leur/vous seront consacrés lors des Journées d’été des écologistes en août : réservez aussi votre jeudi 19 août de 10h à midi et de 14h à 16h pour de la formation interne de qualité… à distance !

Notre grand rendez-vous de l’été approche et la Cité Fertile (quel beau nom…) sera  idéale pour nous retrouver dans le respect des distances sanitaires de sécurité. La jauge possible pour vous accueillir ayant été rapidement remplie, les équipes travaillent à vous offrir des #JDE 100% dématérialisées : vous pourrez suivre – comme si vous y étiez – toutes les plénières, discussions et formations proposées grâce à une WebTV dédiée. Vous en saurez très bientôt plus. Le programme complet devrait être disponible dès la semaine prochaine. Enfin (last but not least) si vous cherchez un hébergement pour les JDE ou que vous êtes partant·e pour accueillir un·e écolo à la maison, signalez-vous !

Sophie Nicklaus
co-secrétaire régionale Île-de-France

Publié dans Éducation, Libertés, Social - Solidarités | Laisser un commentaire

Historique ! Écrivons la suite ensemble

Ce qui vient de se passer est historique. Lyon, Bordeaux, Grenoble, Strasbourg, Marseille, Poitiers, Besançon, Tours, Annecy, Colombes… plusieurs grandes villes seront désormais dirigées par des Maires écologistes. Découvrez leur portrait en ligne.

Si on rajoute la réponse du président de la République aux citoyen-nes de la convention, la fermeture de Fessenheim… Quelle séquence, quelle séquence !

Véritablement historique. Cette séquence est le produit de 40 ans de lutte. Gardons en tête que toutes ces victoires procèdent de l’abnégation et la ténacité de celles et ceux qui ont porté l’écologie dans le désert et parfois sous les moqueries.

Si nous devons nous garder de tout triomphalisme, ne serait ce qu’au vu de l’abstention record, nous pouvons et devons néanmoins nous réjouir et savourer.

Nous aurons notamment l’occasion de célébrer et accueillir les premiers résultats des maires aux journées d’été des écologistes du 20 au 22 août à Pantin. Vous pouvez d’ores et déjà vous inscrire pour y participer en physique ou en visio-conférence. Rendez-vous sur ce lien !

Mais surtout, écrivons la suite ensemble !

Chaque élection est une élection pour la justice sociale, le climat et le vivant. Si nous voulons gagner cette course contre la montre, nous devons reproduire l’exploit des européennes et l’exploit des municipales lors des prochaines élections, en 2021 et en 2022. Nous avons besoin d’un grand mouvement citoyen pour l’écologie capable de prendre le pouvoir à tous les échelons, et nous avons besoin de vous pour le construire.

L’adhésion est à prix libre.
Pour le montant de votre choix (déductible à 66 % si vous êtes imposable) vous pouvez devenir membre d’Europe Écologie les Verts et participer à la vie du mouvement. Aujourd’hui, c’est le geste le plus important pour faire un pas de plus vers les prochaines victoires.

Alors, et si vous sautiez le pas ?

J’adhère à prix libre
Publié dans Municipales 2020 | Laisser un commentaire

Second tour des municipales le 28 juin un vote historique

A Lyon, à Marseille, à Toulouse, à Strasbourg et Lille, à Bordeaux ou à Poitiers et bien sûr à Grenoble et dans de nombreuses villes, l’écologie incarne l’alternative.

C’est LE mandat pour le climat. Le mandat qui doit tirer les leçons de la crise. Les consciences bougent, l’intelligence collective demande des réponses nouvelles.

Alors qu’Emmanuel Macron promet mais ne fait pas, alors que des « coalitions anti-climat » s’organisent entre la droite et LREM, les écologistes répondent présent-es et rassemblent pour engager nos villes sur la voie de la transition écologique dans la justice sociale.

Nous ne le ferons pas seul-es ! Aussi venez donner un coup de main pour ce vote historique du 28 juin ! 

A Clamart : contact@eelv-clamart.fr !
Publié dans Municipales 2020 | Laisser un commentaire

Municipales le 28 juin L’écologie a besoin de vous !

Nous sommes à quelques jours d’un scrutin HISTORIQUE !
Les élections municipales reprennent et la crise sanitaire et sociale montre que les solutions écologistes sont plus que jamais nécessaires pour adapter nos territoires et rendre nos villes vertes vivables, solidaires, démocratiques et agréables.
De nombreuses listes écologistes ont fait des scores permettant de se maintenir au second tour et d’emporter des mairies.
Et clairement, cette fois-ci, ce n’est pas qu’une élection locale.
Imaginez l’onde d’impact que cela représenterait de voir Lyon, la 2e ville de France basculer écologiste ? Ou Toulouse, la 4e, passer de ville rose à ville verte ?
Ou encore Strasbourg, devenir capitale européenne de l’écologie ?
Soyons clairs : Lyon, Toulouse, Strasbourg, Lille, Bordeaux, Poitiers, Besançon, Orléans, Tours (liste non exhaustive !)… les enjeux sont historiques !
Les adversaires de l’écologie ne s’y trompent pas, et nous les voyons un peu partout bricoler des alliances anti-climat pour faire barrage aux écologistes et garder leurs postes, dans un “sauve qui peut” très ancien monde.
Nous devons mettre toute notre énergie au service de ces listes qui continuent la campagne jusqu’au 28 juin !

Publié dans Municipales 2020 | Laisser un commentaire

PLFR : le gouvernement renonce à construire « le monde d’après »

En rejetant dans la nuit du 17 au 18 avril, l’amendement de Matthieu Orphelin appelant à une conditionnalité écologique des aides accordées par l’État aux entreprises, le gouvernement et la majorité démontrent leur incapacité à prendre conscience de la nécessité de changer de modèle.

La crise sanitaire que nous vivons est liée à notre modèle de développement – empiètement sur l’habitat naturel des animaux sauvages, accélération des échanges, réduction des moyens des services publics, organisation à flux tendus, absence d’actions et de moyens de prévention, ignorance du principe de précaution.

Pour autant, le gouvernement n’a tiré aucune leçon de cette crise et n’entend en aucun cas prévenir celle qui lui succèdera : la crise climatique. Cette crise est pourtant plus que prévisible et le gouvernement, alerté par les rapports successifs du GIEC, ne pourra pas dire qu’il ne savait pas.

Notre économie est mise à mal et le soutien de l’État est nécessaire. Mais cette reconstruction est justement l’occasion de rebâtir sur des fondations solides. Ce que nous devons reconstruire, c’est une économie robuste, résiliente, qui résistera aux chocs environnementaux. Au lieu de cela, le gouvernement fait une fois de plus preuve de la plus grande hypocrisie. Alors qu’Élisabeth Borne déclarait : “Les aides qui accompagneront certains secteurs ou certaines entreprises (…) devront s’accompagner d’engagements en matière environnementale “, le gouvernement rejette quelques jours plus tard l’amendement de Matthieu Orphelin et fait adopter en remplacement un amendement de façade et sans contenu réel, visant “ à ce que ces entreprises intègrent pleinement et de manière exemplaire les objectifs de responsabilité sociale, sociétale et environnementale dans leur stratégie ”. Ce double jeu a assez duré.

L’amendement proposait de conditionner les aides aux entreprises “à la mise en place d’une stratégie interne de réduction de leur empreinte écologique” et à l’adoption “d’une trajectoire de [leur] empreinte carbone en conformité avec les objectifs de l’Accord de Paris”. C’est en effet nécessaire. Cette conditionnalité doit également être démocratique et sociale : renforcement des représentants des salarié.es dans les conseils d’administration, et accords de GPEC écologique et sociale, anticipant l’impact des crises environnementales sur les emplois et compétences.

Publié dans Environnement Energie Santé, Politique - Gouvernance, Social - Solidarités | Laisser un commentaire